Ma vie jusqu’à maintenant

Le bateau marche de plus en plus vite.

Je sens comme les seconds, les minutes, les heurs, les jours courent,

Courent,

Courent .

J’essaye de rester la sur le bateau joyeuse, contente  même si parfois je voudrais le quitter pour rester encore dans quelques cadres que j’ai peur de ne les oublier pas…

Je vois des montagnes grands, des collines vertes et des champs fleurissants,

Des maison rouges et des réflexions blanches de nouages.

Je vois la terre noire, et des hommes pauvres.

Je vois le ciel  et des hommes rêveurs.

Je vois des cites et des villages.

Mon bateau devient de plus en plus lourd… Chaque jour le fait un peu plus épais et toujours j’espère que les poids seraient des poids lumineuses. Tous les images , tous les geste, tous les souries et tous les larmes, tous les enveniments , tous les souvenirs , ils restent la dans une valise  gueuse ou dans un tiroir humide. Je ne veux rien oublier.

Et puis… ma famille, elle reste toujours là liée de mon embarcation : ma mère près de ma tête , elle me caresse, ma sœur, elle tient ma main et mon père, il nous regarde.

Mes amis, parfois passagèrs…

Mes amours les ondes ….

J’ essaye toujours de les toucher mais j’ai assez peur de ne pas tomber et c’est pour ca que je  n’arrive jamais de les connaitre.

Et mon bateau il marche plus vite

Et plus vite

Et le paysage …parfois blanc… parfois bleu … parfois rouge …   Jusqu’a la fin quand tout se craque quand je tombe dans les ondes et quand tout  change .

Reclame

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s

%d blogeri au apreciat asta: